Protestantisme, capitalisme et américanisme

On trouve chez de nombreux auteurs la distinction entre, d’une part, le catholicisme, christianisme négatif incarné par Rome, qui serait un instrument anti-germanique, et d’autre part, le protestantisme, christianisme positif émancipé de la papauté romaine, qui assumerait les valeurs traditionnelles germaniques. Dans cette perspective, Martin Luther serait un libérateur de l’âme allemande du carcan méditerranéen et despotique de la Rome papale, sa grande réussite étant la germanisation du christianisme. Les Protestants s’inscriraient donc dans la lignée des Cathares et des Vaudois, autant de représentants de l’esprit germanique en rupture avec Rome. Mais en réalité, Luther est celui qui a fomenté le premier en Europe la révolte individualiste et antihiérarchique, laquelle devait se traduire, sur le plan religieux, par le rejet du contenu «traditionnel» du catholicisme, sur le plan politique par l’émancipation des Princes allemands de l’Empereur, sur le plan du sacré par la négation du principe d’autorité et de hiérarchie, et donner une justification religieuse au développement de la mentalité marchande.

Sur le plan religieux, les théologiens réformés oeuvrent pour un retour aux sources, au christianisme des Ecritures, sans addition et sans corruption, c’est à-dire aux textes de la tradition orientale. Si Luther se rebelle contre «la papauté instituée par le diable à Rome», c’est uniquement parce-qu’il refuse l’aspect positif de Rome, la composante traditionnelle, hiérarchique et rituelle subsistant dans le catholicisme, l’Eglise marquée par l’ordre et le droit romain, par la pensée et la philosophie grecques, en particulier celle d’Aristote. D’ailleurs, ses paroles fustigeant Rome comme «Regnum Babylonis», comme cité obstinément païenne, ne sont pas sans rappeler celles employées par L’Apocalypse hébraïque et les premiers chrétiens contre la ville impériale.

Le bilan est tout aussi négatif sur le plan politique. Luther, qui se présentait comme «un prophète du peuple allemand», favorisa la révolte des Princes germaniques contre le principe universel de l’Empire, et par conséquent, leur émancipation de tout lien hiérarchique supranational. En effet, par sa doctrine qui admet le droit de résister à un empereur tyrannique, il légitimait au nom de l’Evangile, la rébellion contre l’autorité impériale. Au lieu de reprendre l’héritage de Frédéric II, qui avait affirmé l’idée supérieure du Sacrum Imperium, les Princes allemands, en soutenant la Réforme, passèrent dans le camp anti-impérial, n’ambitionnant plus que d’être des souverains «libres».

De même, la Réforme se caractérise, sur le plan du sacré, par la négation du principe d’autorité et de hiérarchie, les théologiens Protestants n’acceptant aucun pouvoir spirituel supérieur à celui des Ecritures. Effectivement, aucune Eglise ni aucun Pontifex n’ayant recu du Christ le privilège de l’infaillibilité en matière de doctrine sacrée, chaque chrétien est apte à juger de lui-même, par un libre examen individuel, en dehors de toute autorité spirituelle et de toute tradition dogmatique, la Parole de Dieu. Outre l’individualisme, cette théorie protestante du libre examen n’est pas sans lien avec un autre aspect de la Modernité, le rationalisme, l’individu qui a rejeté tout contrôle et toute tradition se fiant à ce qui, en lui, est la base de tout jugement, la raison, qui devient alors la mesure de toute vérité. Ce rationalisme, bien plus virulent que celui existant dans la Grèce antique et au Moyen-Age, donnera naissance à la philosophie des Lumières.

A partir du XVIè siècle, la doctrine protestante fournira une justification éthique et religieuse à l’ascension de la bourgeoisie en Europe, comme le démontre le sociologue Max Weber dans L’Ethique protestante et l’Esprit du Capitalisme, étude sur les origines du capitalisme. D’après lui, pendant les phases initiales du développement capitaliste, la tendance à maximiser le profit est le résultat d’une tendance, historiquement unique, à l’accumulation bien au-delà des biens de consommation personnelle. Weber trouve l’origine de ce comportement dans «l’ascétisme» des Protestants marqué par deux impératifs, le travail méthodique comme tâche principale dans la vie et la jouissance limitée de ses fruits. La conséquence non intentionnelle de cette éthique, qui était imposée aux croyants par les pressions sociales et psychologiques pour prouver son salut, fut l’accumulation de richesse pour l’investissement. Il montre également que le capitalisme n’est qu’une expression du rationalisme occidental moderne, phénomène étroitement lié à la Réforme. De même, l’économiste Werner Sombart dénoncera la Handlermentalitat (mentalité marchande) anglosaxonne, conférant au Catholicisme un rôle non négligeable de barrage contre la progression de l’esprit marchand en Europe occidentale.

Libéré de tout principe métaphysique, des dogmes, des symboles, des rites et des sacrements, le Protestantisme devait finir par se détacher de toute transcendance et mener à une sécularisation de toute aspiration supérieure, au moralisme et au puritanisme. C’est ainsi que dans les pays anglosaxons puritains, particulièrement en Amérique, l’idée religieuse en vient à sanctifier toute réalisation temporelle, la réussite matérielle, la richesse, la prospérité étant même considérées comme un signe d’élection divine. Dans son ouvrage Les Etats-Unis aujourd’hui, publié en 1928, André Siegfried, après avoir souligné que «la seule vraie religion américaine est le calvinisme’, écrivait déjà : «Il devient difficile de distinguer entre aspiration religieuse et poursuite de la richesse (…). On admet ainsi comme moral et désirable que l’esprit religieux devienne un facteur de progrès social et de développement économique». L’Amérique du Nord figure, selon la formule de Robert Steuckers «l’alliance de l’Ingénieur et du Prédicateur», c’est-à-dire l’alliance de Prométhée et de Jean Calvin ou encore de la technique ravie à l’Europe et du messianisme puritain issu du monothéisme judéochrétien. Transposant en termes profanes et matérialistes le projet universaliste de la chrétienté, elle entend supprimer les frontières, les cultures, les différences afin de transformer les peuples vivants de la Terre en des sociétés identiques, régies par la nouvelle Sainte-trinité de la libre entreprise, du libre échange mondial et de la démocratie libérale. Indéniablement, Martin Luther, et, plus encore, Jean Calvin, sont les pères spirituels de l’Oncle Sam…

Quant à nous, jeunes Européens, nous rejetons viscéralement cet Occident individualiste, rationaliste et matérialiste, héritier de la Réforme, de la pseudo Renaissance et de la Révolution française, autant de manifestations de la décadence européenne. Nous préférons toujours Faust à Prométhée, le Guerrier au Prédicateur, Nietzsche et Evola à Luther et Calvin.

Edouard Rix, Imperium, été 1997, n°4, pp. 8-9.

http://euro-synergies.hautetfort.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :