Un homme moderne en Chine il y a 100 000 ans ?

Des scientifiques chinois et américains viennent de dater les restes de l’homme de Zhirendong dans le sud de la Chine : ils auraient au moins 100 000 ans. Cette datation repousse la date de la présence des hommes modernes en Chine de près de 60 000 ans. Elle bouscule aussi le scénario de “l’Out of Africa“, selon lequel nos ancêtres Homo sapiens sapiens seraient sortis d’Afrique il y a environ 70 000 à 90 000 ans pour conquérir peu à peu le monde : l’homo sapiens archaïque de Zhirendong étant antérieur, il ne pourrait pas en être issu. De quoi remettre en question l’origine africaine de l’homme moderne.

Photo des restes fossilisés de l’Homme de Zhirendong

L’homme moderne aurait migré à partir de l’Asie 60 000 ans plus tôt que l’on ne le pensait

Une équipe internationale a analysé les dents et une mâchoire découvertes dans la Grotte de Zhiren (Zhirendong) en 2007. Les résultats ont été publiés dans les PNA (Proceedings of thé National Academy of Sciences) le 25 octobre 2010. C’est le professeur Wu Liu du Chinese Academy of Sciences qui dirigeait cette équipe. La datation des fossiles montre que ceux-ci sont âgés d’au moins 100 000 ans. Si cette découverte est validée, cela repousse la présence des hommes modernes dans le sud de la Chine de 60 0000 ans et une cohabitation avec Néandertal pendant plusieurs milliers d’années.

Des caractéristiques proches de l’homme moderne

Pour les scientifiques, l’homme de Zhirendong présente un mélange des caractéristiques de l’homme moderne et des néandertaliens qui est différent de celui de l’homme moderne d’Afrique orientale et du sud-est de l’Asie.

La forme générale de la mâchoire montre un menton proéminent comme l’Homo sapiens d’aujourd’hui alors que son épaisseur et sa robustesse font penser à des humains plus archaïques.

Une découverte controversée

Cette datation est surprenante car en totale opposition avec l’ensemble des découvertes sur le sujet, y compris les études génétiques. Actuellement les scientifiques du monde entier sont majoritairement d’accord avec une origine africaine de notre espèce, Homo sapiens. Seuls les scientifiques chinois sont persuadés que l’espèce humaine descend d’un ancêtre chinois : Homo pekinensis.

Pour Jean-Jacques Hublin (Institut Max-Planck d’anthropologie évolutionnaire à Leipzig), «Si la datation de 100 000 ans est confirmée, c’est une bombe ! Malheureusement, ce n’est pas la première fois que des collègues chinois trouvent des hommes modernes très anciens avant d’être démentis par la suite.». Il indique également que ce ne sont pas les fossiles qui ont été datés mais la couche de calcite au-dessus. ll pense que le contexte de la découverte, dans une grotte, pourrait expliquer un bouleversement des couches archéologiques qui aurait induit des erreurs d’interprétation.

Pour le professeur Fred Smith (Illinois State University) « C’est très controversé, parce qu’on a retrouvé un seul exemplaire sur un seul site, mais le fait est que c’est une pièce très importante du puzzle » par ailleurs, il y a toujours une possibilité que la date soit erronée ou que quelque chose ait mal tourné dans la datation ».

Erik Trinkaus, co-auteur de l’étude a déclaré: «Ces fossiles nous aident, redéfinissent notre perception de l’émergence de l’homme moderne dans l’est de l’Eurasie, et plus généralement, à travers le Vieux Monde ».

Sources : Science et Avenir/Hominidés.com.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :