Tunisiens : manifestation contre la fermeture de nos frontières à Vintimille

Des violences ont éclaté entre les forces de l’ordre italiennes et les manifestants à l’entrée de la place du XX-Septembre où se trouve le consulat honoraire de France

Hier après-midi, à Vintimille, l’immigration clandestine tunisienne a été le point de départ de scènes de violences urbaines.
Des heurts ont, en effet, éclaté entre quelque 500 manifestants et les forces de l’ordre.
Au départ, pourtant, le rassemblement se voulait pacifique. Venus de toute la Ligurie, les participants, des étudiants, des jeunes – principalement issus de mouvance d’extrême gauche – et des Tunisiens revendiquaient l’ouverture des frontières par la France.
Mais tout a basculé lorsqu’ils ont soudainement bifurqué vers le numéro 2 de la place du XX Septembre – totalement bouclée – où est situé le consulat honoraire de France.
Le chemin barré par un cordon impressionnant mis en place par les forces de l’ordre, ils ont alors scandé, bras levés : « Nous sommes tous des clandestins ». Avant que le ton ne monte lorsqu’un policier a été victime d’un coup-de-poing porté au visage.
Des insultes ont fusé et une bagarre a explosé. Divers projectiles ont également volé en direction des policiers, protégés par des casques à visière.
Fort heureusement, aucun blessé n’était à déplorer, mais ces échauffourées auraient pu être plus graves si le commandant des forces de l’ordre n’avait accepté qu’une délégation ne dépose la banderole « Unis contre la guerre et contre les frontières » au pied du bâtiment officiel.
Déjà, dans les slogans hurlés et sur les pancartes brandies dans le cortège, la France était directement visée. Et, en premier lieu, Nicolas Sarkozy…
Le chef de l’État est d’ailleurs considéré comme le responsable de leur situation par les Tunisiens (lire par ailleurs), drapés dans d’immenses drapeaux arc-en-ciel sur lesquels le mot « paix » était inscrit.

« La population veut que les Tunisiens quittent notre pays »

C’est pourtant une véritable déclaration de guerre qui a été lancée hier contre la frontière française et les mesures prises pour endiguer l’afflux de clandestins. Il est cependant étrange de constater que les partis d’extrême gauche et les syndicats suivent la même ligne que Silvio Berlusconi (voir par ailleurs).
Mais si l’Italie semble unie pour demander à la France d’ouvrir ses portes, les motivations de nos voisins transalpins sont bien différentes.
« La population accepte de donner à manger aux Tunisiens, mais elle veut qu’ils quittent notre pays. Et pas pour des raisons humanitaires. Pour elle, c’est un problème européen. Pas italien », expliquait Luca Simoncelli, du site Riviera24.it.
Comme lui, de nombreux journalistes transalpins étaient présents hier à Vintimille. Mais aucun d’entre eux ne se souvenait avoir assisté à de telles scènes. Surréalistes, en effet, ces quartiers entièrement quadrillés.
Plus encore, l’hélicoptère des carabinieri survolant la cité et la gare. Un impressionnant dispositif qui n’a été levé que plusieurs heures après. Après l’éparpillement des manifestants… et un échange avec les autorités françaises.
La France en alerte
En effet, de l’autre côté de la frontière, les effectifs – une centaine d’hommes – placés sous le commandement du commissaire Jean Gazan étaient placés en alerte.
La PAF (police aux frontières) de Menton, les CRS 54 de Marseille, les gendarmes mobiles de Grasse et la compagnie d’intervention de Nice, déployés aux postes de Garavan Saint-Louis et Saint-Ludovic, avaient pour mission d’empêcher toute entrée en force sur le territoire national. Une quarantaine d’étrangers en situation irrégulière ont ainsi été appréhendés… et renvoyés vers l’Italie !

Source : Nice Matin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :